Souscrivez en ligne vos contrats de prévoyance :

  • Garantie Protection Avenir

    Je garantis, en cas d’invalidité ou de décès, le versement d’un capital pour moi ou ma famille

  • Garantie Frais Décès

    Je garantis le versement d’un capital pour couvrir, le moment venu, tout ou partie de mes frais d'obsèques

Les séniors et la technologie : mieux vieillir avec les objets connectés

Les seniors et les objets connectés
05/09/2017

Les Français ne cessent de le répéter : le maintien au domicile reste la meilleure solution pour leur bien-être au cours de leurs vieux jours. Cependant, la dépendance implique d’aménager correctement les espaces de vie du quotidien. À ce titre, les objets connectés apparaissent comme des alliés de circonstance.

 

 

Le maintien au domicile plébiscité, les objets connectés aussi

Lorsqu’on interroge les Français sur la façon la plus efficace d’aider une personne en situation de perte d’autonomie, ils répondent à 76,2 % en faveur du maintien au domicile. Il est bon de noter que la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement du 28 décembre 2015 prévoit justement d’aménager en conséquence près de 80 000 logements privés. Elle cible aussi un accès facilité aux nouvelles technologies (téléassistance, domotique), dont les objets connectés font partie. Les autres solutions envisagées par les Français, à propos des personnes en situation de dépendance, sont l’aide financière (15,9 %) et le placement en établissement spécialisé (7 %).

Les objets connectés constituent pour les Français une solution idoine en faveur du maintien au domicile des personnes en situation de dépendance. En 2016, ils sont 78,4 % à estimer leur rôle positif, contre 69,5 % seulement il y a deux ans. Parmi la liste des objets connectés utiles, on peut citer les détecteurs de chute, les bornes d’appel, les détecteurs de flamme, les piluliers connectés ou encore les robots. Le temps de la gadgétisation a laissé place à l’efficacité. Les technologies connectées ont des bénéfices à la fois sur les personnes en situation de dépendance pour les aider au quotidien, mais aussi sur les proches et sur les aidants. Ces derniers y trouvent des alliés rassurants, leur permettant de mieux organiser leur temps en évitant de surveiller certaines tâches.

Les EHPAD se mettent aux objets connectés

Des tablettes connectées aux chemins lumineux, en passant par les capteurs sensoriels ou de micromouvements, les dispositifs de géolocalisation, le système d’appel malade haute technologie et la communication à distance; les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) s’équipent de plus en plus. Plusieurs applications mobiles sont régulièrement testées afin d’améliorer le confort et la sécurité des personnes âgées dépendantes. Ainsi, une simple application musicale pilotée par une tablette et connectée à la sonorisation d’un établissement baigne les résidents dans une ambiance douce et apaisante. L’idée est de moduler les musiques en fonction des moments de la journée par la sélection de playlists appropriées.

Certains EHPAD utilisent des contacteurs de porte et des coussins connectés pour avertir le personnel en cas de sortie imprévue d’une chambre ou de chute d’un fauteuil ou d’un lit. Pour les personnes souffrant de problèmes cognitifs, une application mobile leur permet de réapprendre le langage ou le jugement, le tout dans un cadre ludique. Évidemment, les objets connectés n’ont pas vocation à se substituer au personnel soignant mais simplement à les aider. C’est le cas de la solution FloorInMotion Care, un système d’alerte et d’information en temps réel associé à un dispositif de sol connecté. La formule s’adresse aux établissements de santé et aux résidences séniors. Des capteurs sont positionnés sous le revêtement du sol, offrant une solution invisible et non intrusive pour les résidents en situation de dépendance.

Quelques exemples d’objets connectés à venir

Le boom des objets connectés dédiés aux séniors est illustré par l’écosystème Silver Valley, installé en Ile-de-France et qui réunit 300 acteurs de la silver économie. Créé sous l’égide du ministère du Redressement productif et du ministère chargé des Personnes âgées et de l’Autonomie, en 2013, ce cluster vise à faciliter les échanges entre les acteurs de la filière. L’incubateur récompense ainsi les entreprises innovantes au service des séniors. La 14e édition de la Bourse Charles Foix a mis en lumière trois projets, dont la solution CetteFamille qui développe et anime un réseau de familles formées et sélectionnées pour héberger des personnes âgées. Ce concept d’environnement intergénérationnel est une alternative aux établissements collectifs.

Autre lauréat : la startup Auxivia qui propose un verre intelligent, prévenant la déshydratation des personnes âgées. Comment ? En traçant les données d’hydratation et en envoyant un signal lumineux logé dans la base du verre. L’objectif est de prévenir les risques des personnes dépendantes et d’optimiser les temps. Enfin, Gema propose un dispositif pour retarder le déclin de la mobilité grâce à son verticalisateur-déambulateur à la fois robotisé et intuitif. Des capteurs intégrés interprètent les intentions de la personne (mouvements pour s’asseoir, se lever, pause durant la marche, direction, etc.) par le biais d’une interface intelligente.

Les objets connectés constituent une fenêtre d’opportunités à la fois pour les acteurs de la silver économie, mais surtout pour le maintien des personnes en situation de perte d’autonomie à leur domicile. Ils promettent une qualité de vie meilleure, tout en facilitant la tâche des aidants et des proches au quotidien.