Souscrivez en ligne vos contrats de prévoyance :

  • Garantie Protection Avenir

    Je garantis, en cas d’invalidité ou de décès, le versement d’un capital pour moi ou ma famille

  • Garantie Frais Décès

    Je garantis le versement d’un capital pour couvrir, le moment venu, tout ou partie de mes frais d'obsèques

Les outils d’évaluation de la dépendance

Mots clés : Dépendance
23/01/2015

On considère qu’une personne est âgée à partir de 60 ans, mais c’est véritablement à partir de 80 ans que la problématique de la dépendance se pose de façon réelle.
L’INSEE définit la dépendance  comme «  le besoin d’aide pour accomplir les actes essentiels de la vie quotidienne ou le besoin d’une surveillance régulière ». C’est donc l’absence d’autonomie qui définit avant tout la dépendance.

 

 

 

Comment sait-on si une personne est dépendante ou non ? Cette notion est souvent abstraite, d’autant plus que la dépendance peut être liée à un état physique détérioré et/ou un état mental dégradé.

On sait qu’à partir de 80 ans, une personne a de plus en plus de difficultés à assurer les tâches de la vie courante et a besoin d’être aidée pour l’accomplissement des actes essentiels de la vie quotidienne. Cette perte d’autonomie varie, bien sûr, d’une personne à l’autre, mais statistiquement on note qu’un tiers des personnes de plus de 80 ans vivant seules ne font plus leurs courses, 25 % ne font pas de ménage et 15 % ne préparent plus leur repas*.

Plusieurs outils ont été mis en place par des praticiens et spécialiste gérontologue pour définir de façon plus précise et scientifique la dépendance et ses différents degrés.

En France, il existe 3 outils d’évaluation de la dépendance reconnus par les autorités de santé :

 

La grille AGGIR


Élaborée par des médecins de la Sécurité Sociale, de la Société Française de Gérontologie et par des informaticiens, la grille aggir (Autonomie gérontologie Groupes Iso-Ressources) est un outil national d’évaluation de la dépendance.

Il permet de classer les personnes âgées en 6 niveaux de perte d’autonomie, appelés groupe ISO-ressources (GIR). Les niveaux de dépendance sont ainsi définis de la dépendance lourde (GIR 1) à l’autonomie totale (GIR 6).

 

La grille AVQ


Cette autre grille, plus accessible d’évaluation par le plus grand nombre, est construite sur l’évaluation des actes de la vie quotidienne (AVQ). Ses actes essentiels à l’autonomie sont au nombre de cinq : s’alimenter (boire et manger), se laver, s’habiller, se déplacer et passer d’une position à une autre (couché, assis, debout).

Si chacun de ses actes peut être réalisé sans aide, alors la personne évaluée est considérée comme autonome. Chaque AVQ nécessitant l’aide d’une tierce personne ou ne pouvant être réalisée par la personne évaluée augmente son taux de dépendance.

 

Le test de Folstein


Élaboré en 1975, ce test permet d’évaluer différentes fonctions cognitives telles que la mémoire, l’apprentissage, l’attention, le calcul, etc.

Il comporte ainsi 30 questions pour évaluer les troubles éventuels de :

- l'orientation dans le temps et l'espace,

- la mémoire,

- l'attention,

- le langage (parole, compréhension, lecture, écriture),

- l'exécution d'actes moteurs.

Ce test est d’avantage utilisé pour évaluer les situations de dépendance liées à des pathologies psychologique que motrice (par exemple, dans le cas de syndromes de la maladie d’Alzheimer). En 2013, 40 %* des nonagénaires étaient atteints de troubles psychiques ou intellectuels.

 

*Source : OCIRP (organisme commun des institutions de rente et de prévoyance) www.ocirp.fr

La prévoyance selon Prévago

  • L’aménagement du domicile en cas de dépendance

    23/01/2015

    Des aménagements intérieurs peuvent permettre à la personne âgée en perte d’autonomie de mieux vivre dans un environnement sécurisé et de rester le plus longtemps possible chez elle ou ses proches. Il existe une multitude de produits destinés à aider la personne âgée dans chaque pièce de la maison. Un état des lieux doit être fait pièce par pièce.
  • L’emploi d’une aide à domicile : avantages fiscaux

    26/01/2015

    Lorsque vous employez une aide qui intervient pour vous dans le cadre des services à la personne, vous pouvez bénéficier d’avantages fiscaux.