Souscrivez en ligne vos contrats de prévoyance :

  • Garantie Protection Avenir

    Je garantis, en cas d’invalidité ou de décès, le versement d’un capital pour moi ou ma famille

  • Garantie Frais Décès

    Je garantis le versement d’un capital pour couvrir, le moment venu, tout ou partie de mes frais d'obsèques

Coût des funérailles : on fait le point

Mots clés : Obsèques, Décès
Coût et frais pour des funérailles
04/08/2016

L’organisation des obsèques doit normalement avoir lieu dans les six jours suivant le décès (sans compter les dimanches et jours fériés). Mieux vaut donc anticiper les frais d’obsèques d’autant que la somme peut vite grimper à 10 000 € si les proches du défunt ne sont pas attentifs aux prix des prestations obligatoires ou non.

 

Un coût des funérailles en France de plus en plus élevé

D’après différentes études, le budget mobilisé par les Français pour organiser leurs obsèques est en hausse : + 13 % entre 2011 et 2016. Le prix des obsèques en France est passé d’un montant moyen de 3 098 € à 3 500 € dans le cas pour une personne inhumée hors caveau et concession. Lors du décès d’un proche, les Français dépenseraient entre 2 500 € et 4 000 € en moyenne pour organiser les funérailles. Voici quelques exemples de prix de certaines prestations : présentation du corps entre 500 € et 1 200 €, cercueil et accessoires entre 700 € et 3 200 €, frais de convoi/transport du corps et de cérémonie entre 500 € et 6 000 €, inhumation ou crémation entre 800 € et 2 700 €.

Si les sommes varient en fonction des prestations, elles fluctuent aussi en fonction du lieu où a lieu la cérémonie. Ainsi, le prix d’un enterrement varie entre 4 950 € et 7 530 € en Île-de-France contre 1 980 € à 6 090 € en province. Les frais pour une crémation oscillent entre 2 340 € et 6 270 € en région parisienne et entre 2 670 € et 4 190 € en province. Cette augmentation s’avère plus rapide que l’inflation, les statistiques publiées par l’Insee montrant une flambée des tarifs des services funéraires de 46 % depuis une décennie. L’UFC-Que Choisir dénonce régulièrement la trop faible concurrence dans le secteur des pompes funèbres expliquant en partie cette hausse.

Coût enterrement : prestations obligatoires et prestations facultatives

Les observateurs notent également que les proches des défunts ne savent pas quelles sont les prestations obligatoires et celles qui ne le sont pas. De plus, le contexte d’un décès n’incite ni à la réflexion ni à la prise d’informations. Assommés par l’épreuve, certains choisissent un cercueil sans être attentifs à son prix, acceptent de faire des soins esthétiques (parfois nécessaires en cas d’accident ou de longues maladies), privilégient un monument funéraire conçu dans des matériaux nobles (marbre, comblanchien), optent pour un maître de cérémonie d’enterrement… Ce qui fait allègrement grimper la facture à plus de…10 000 €.

Or, la loi définit clairement les prestations obligatoires, à savoir le cercueil équipé de 4 poignées, une plaque d’identité et une garniture biodégradable, une urne cinéraire et la location d’un corbillard avec chauffeur. En revanche, toutes les autres prestations proposées par les entreprises de pompes funèbres ne sont pas obligatoires : la toilette mortuaire et l’habillage (bien que systématiquement pratiqués), les soins de conservation, les équipements et accessoires divers du cercueil en carton ou en bois, les annonces nécrologiques, les capitons, les pierres tombales, les faire-part, les porteurs, les gerbes de fleurs, les ornements, etc.

Pour éviter ces dérives et soulager financièrement les proches du coût des funérailles, 3,5 millions de Français ont souscrit un contrat d’assurance obsèques de leur vivant. C’est ce que propose votre partenaire Prévago avec sa prévoyance obsèques Garantie Frais Décès. L’assuré peut se constituer un capital obsèques de 4 000 € à 12 000 €, cette somme étant reversée à un bénéficiaire désigné dans le contrat obsèques ou à l’opérateur funéraire en charge des obsèques sans avoir à le nommer préalablement. Notez que la cotisation peut être unique lors de l’ouverture du contrat, périodique ou viagère, sachant qu’elle est fixe dans le temps et n’augmente pas si l’état de santé du souscripteur venait à se dégrader.

La prévoyance selon Prévago